La 10ème Rencontre des Quaternaristes Marocains (RQM-10) se tiendra, cette année, à l’Université Ibn Tofail, Kénitra. Elle sera co-organisée par le Laboratoire de Géosciences des Ressources Naturelles (GeNaR) relevant de la Faculté des Sciences de Kénitra et l’Association Marocaine pour l’étude du Quaternaire (AMEQ).

Cette manifestation scientifique rassemble tous les deux ans, et ce depuis une vingtaine d’année, de nombreux spécialistes de l’ère géologique quaternaire et qui s’intéressent à plusieurs domaines dont l’archéologie préhistorique, la géologie du Quaternaire, la paléontologie, la paléoanthropologie, l’archéozoologie, le paléoenvironnement, la palynologie et les écosystèmes biologiques.

La richesse du patrimoine géologique du Maroc vient du faite que son sous-sol conserve un nombre impressionnant de témoignages de la succession des environnements et des cultures. Ces dernières années les programmes de recherches développés sur les différentes régions de notre territoitre national ont permis la mise au jour de découvertes fondamentales pour l’histoire de l’humanité, comme les fossiles humains des Homo sapiens de Djbel Irhourd  au sud du Maroc, considérés comme les plus anciens au monde (315 000 ans B.P.),  les plus anciennes traces d’ADN d’un Homo sapiens en Afrique, datées de 15.000 ans dans la grotte des Pigeons à Taforalt au Maroc oriental, ou encore les traces du premier Acheuléen marocain daté d’au moins 1 million d’années à la carrière Thomas I à Casablanca.

L’objectif de la 10ème Rencontre des Quaternaristes Marocains (RQM-10) est donc d’assurer le partage des connaissances scientifiques relatives au développement des méthodes d’étude et la présentation des nouveaux résultats acquis par les équipes pluridisciplinaires travaillant sur le Quaternaire du Maroc, du pourtour méditerranéen et d’autres régions de l’Afrique.

Ces travaux de recherches des spécialistes quaternaristes ont un apport considérable quant à la résolution des questions liées à l’environnement et à la préservation du patrimoine culturel et naturel humain.

Le choix de la ville de Kénitra n’est pas fortuit. Outre sa position géographique stratégique sur la façade atlantique et ses ressources naturelles diversifiées lui permettant d’acquérir un rôle primordial dans l’économie nationale, elle offre un patrimoine d’intérêt biologique et écologique international exceptionnel (forêt de la Maamora, réserve du lac Sidi Boughaba à Mehdia, Merja Zerga à Moulay Bousselham, Merja de Fouarat à Kénitra, cordons dunaires, estuaire de l’oued Sebou,…etc.). Le Patrimoine culturel est marqué par la présence de sites archéologiques témoignant d’une occupation humaine continue du territoire géographique du Rharb et ce depuis les premières époques de la Préhistoire (culture acheuléenne) jusqu’aux temps historiques antiques et médiévaux. Parmi les sites majeurs : Aïn Dfali, Daya Hamra, Banasa, Rirha, Thamusida, kasbah de Mehdiya,…). Par ailleurs, Kénitra et la plaine du Rharb en général offre un terrain privilégié pour l’étude de la géologie du Quaternaire marocain. Elle a servi de base pour la définition de certains stratotypes du Quaternaire continental marocain. A titre d’exemple, citons le ‘’Villafranchien’’ et le ‘’Rharbien’’.

La ville de Kénitra sera heureuse de recevoir les chercheurs du Maroc, des pays du pourtour méditerranéen et africains, et de contribuer ainsi à la pérennité de cette prestigieuse manifestation scientifique.

La RQM-10 sera, sans aucun doute, un événement scientifique de qualité qui servira de plateforme de dialogue et de débat entre les acteurs locaux et les chercheurs dans plusieurs domaines.